Des boulangers au pays de Burada…

Lors de notre périple, nous avons parcouru de trèèèèès nombreux kilomètres (plus de 4500, sans l’avion) et rencontré beaucoup de monde. L’hospitalité n’est pas un vain mot dans ce pays, comme le précédent billet le soulignait déjà. Oui, mais quel pays?

La question se pose, et je ne prétends pas y répondre. Pour faire court, après la chute de l’empire ottoman, le traité de Sèvres (1920) prévoyait la création d’un état kurde. Mais dès 1923, le traité de Lausanne, à l’origine de la création de nombreux pays du Moyen-Orient, laisse de côté les aspirations des Kurdes en préférant miser sur la jeune république turque qui se constituait alors. Le XXe siècle a été ponctué par les revendications, pas toujours pacifiques, voire terroristes, des Kurdes à l’existence d’un état indépendant ou autonome (c’est ce qui existe en Irak) ou, tout simplement, à la reconnaissance d’une culture (et d’une langue) kurde. De fait, jusqu’à très récemment, la langue kurde n’était pas autorisée en Turquie et une très large part de la population n’avait donc par exemple pas accès aux media.

Nous avons pu constater combien les sentiments de la population kurde vis-à-vis de la Turquie pouvait être variés dans la région. C’est ainsi qu’à Bitlis, à l’Ouest du lac de Van, nous avons assisté à une conversation mémorable. Un homme nous explique qu’ici, nous sommes au Kurdistan, qu’il est kurde, que son voisin est kurde, que le voisin de son voisin est kurde… Voisin du voisin qui lui répond que non, lui, il est turc. La suite (en turc) donne en substance:

– Mais non, tu es kurde!

– Bah, non, je suis né en Turquie, je suis turc.

– Tu fais ch… T’es kurde: tes parents sont kurdes, tu parles le kurde…

– Je suis de culture kurde, mais je suis turc.

– Espèce de néo-nazi! (se tournant vers nous et le désignant du doigt) C’est un néo-nazi!

(Nous regardons le bout de nos pieds)

(le même, reprenant) sale néo-nazi!

– communiste, maoïste!

Et moi de vanter alors, en turc (sommaire), la beauté des lieux et du temps…

– Bitlis çok, çok güzel! Hem de Bugün sicak… Burada çok güzel!

Et tout le monde d’éclater de rire…

Le mot est sorti: « Burada » (ici). Cela a été notre mot-clef du voyage, pour désigner le pays où nous voyagions, lorsqu’on nous demandait si on aimait notre voyage, si c’était beau. Ne sachant pas à qui nous parlions – un Turc? un Kurde militant? un Kurde « intégré »? – nous ne prenions pas de risque… Oh oui, ici, c’est très beau. Et les gens sont très gentils!

Donc, au pays de Burada, les gens sont très gentils. En particulier (mais pas seulement), les boulangers sont extraordinaires. Je ne compte pas le nombre de fois où, passant devant un firini (ce sont en fait des i sans point: prononcer » feu(re)uneu »), un four, nous sommes repartis avec un pain tout chaud, sans avoir rien demandé – parfois, même, sans nous être initialement arrêtés. Ou bien, comme à Diyardakir (le deuxième i est encore sans point), où nous allons acheter du pain (cela nous arrivait, parfois) et où nous repartons sans avoir rien déboursé. « C’est pour nous », disent-il, en s’inclinant légèrement, la main sur le coeur. Des boulangers  (kurdes) de Diyarbakir (la ville a été connue, dans les années 90, particulièrement sanglantes, comme étant le fief du PKK) ont même fait mieux: lors de notre second passage, avant de prendre un bus de nuit vers Erzurum, nous avons même été nourris, et de façon royale! Thé, délicieux caviar d’aubergine chaud et pain lui aussi sorti du four. Nous n’avons pas tout de suite compris ce qui nous arrivait. Et quand nous avons malgré tout voulu leur acheter un pain, pour le voyage, le pain brûlant, tout juste sorti du four, nous a été une nouvelle fois offert (S’en est quand même suivi une séance photos).

Avec une telle générosité, nous nous sommes régulièrement trouvés avec des restes de pain durci. Nous n’avons pas eu le coeur de le jeter. Nous l’avons rapporté en France pour en faire… du pudding.

Pudding aux fruits secs

  • 150g de pain dur
  • 1/2 L de lait
  • 2 oeufs
  • 50g de sucre intégral (le sucre normal fonctionne très bien aussi)
  • 2 bonnes poignées d’amandes coupées en 3-4 morceaux
  • 2 bonnes poignées de raisins secs bien nettoyés et mis à gonfler dans du rhum
  • 3 cuillers à soupe de gingembre confit coupé en petits morceaux

Coupez (tant bien que mal) le pain du en petits morceaux (dans la mesure du possible). Versez le lait bien chaud sur le pain et laissez gonfler, jusqu’à ce que le pain se délite (y aller à la main si nécessaire)., pour obtenir un mélange homogène et pâteux. Selon le type de pain utilisé, il faut laisser tremper plus ou moins longtemps (plus le pain est blanc, plus c’est rapide). Ajoutez le sucre et les oeufs, puis les fruits secs (et le rhum restant!). Versez dans un moule (je le prends assez petit car nous aimons le pudding épais, à la maison) et enfournez à 180° (à four chaud) pour une quarantaine de minutes.

Photos… Vous savez!

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :