Petite escapade au pays du thé (1)

Maintenant que mon article est rendu et avant de me sauver en urgence en Charente-Maritime pour quelques jours (non, pas de détente en perspective, hélas !), je me suis dit que je vous avais caché un élément essentiel de ma vie. Non, ce n’est pas mon cobaye à visage humain ni Pascaline, notre nouvelle tortue en peluche trop craquante pour qu’on lui résiste. Il s’agit de ce qui accompagne ces petits gâteaux, tartes et autres goûters que je vous présente depuis trois mois: le thé.

Connaissez-vous la publicité pour cette boisson du petit-déjeuner composée pour moitié de chicorée et pour moitié de café ? Un homme se lève le matin, échevelé, hirsute, bougon, avec de petits nuages et des éclairs noirs qui lui flottent au-dessus de la tête comme dans les bandes dessinées. Quoi qu’il fasse, les nuages reviennent : douche, habillage, préparation du petit-déjeuner (le tout sur une petite musique lancinante). Et puis vient le moment où il trempe les lèvres dans son bol, les petits nuages disparaissent et le reste de la famille peut enfin entrer dans la cuisine. Le beau temps est revenu. Eh bien ça, c’est tout moi le matin ! – et le reste de la journée. Je suis une accroc, une droguée, une hyper-dépendante du thé et je n’ai absolument pas l’intention d’entrer en cure de désintoxication !

Mais pas n’importe quel thé, attention ! Pas ces horribles petits sachets qui vous proposent (vous balancent à la figure) une boisson acre, amère, vite écoeurante. Non, pas ce vomitif immonde ! Je vous parle d’un thé qui déploie ses arômes subtiles sans vous agresser et qui vous procure le bien-être tant attendu de la pause-au-milieu-du-boulot.

Petite escapade au pays du thé :

Il existe différents procédés de fabrication du thé (cf. Wikipedia pour plus de précisions):

  • Les thés blancs sont des thés dont les feuilles sont restées à l’état naturel. Elles sont juste subi un flétrissage et une dessication. Ce sont les thés les plus délicats à obtenir, donc les plus chers (à part les thés jaunes, dont je ne parlerai pas car je ne les connais pas). De mon point de vue, ils nécessitent une longue pratique du thé pour être pleinement appréciés. Température d’infusion : 70°C-80°C.

  • Les thés verts sont des thés non fermentés. On dit couramment qu’ils sont plus riches en théine que les thés noirs, mais ce n’est pas sûr. Pour des raisons chimiques, leur effet est plus rapide et ponctuel (cf. admirable-tea). Température d’infusion : 80°C environ pour les thés chinois, plus variable pour les thés japonais.

  • Les thés noirs ont subi une fermentation complète. On les appelle également thés rouges, à ne pas confondre avec le roïboos, un buisson d’Afrique du Sud sans aucun rapport avec le thé, que les hérétiques nomment depuis quelques années « thé rouge ». Certains thés noirs sont fumés, ce qui leur confère un goût très particulier (pour les connaisseurs, de mon point de vue. Ce sera trop fort pour un néophyte). Température d’infusion : 95°C.

  • Les thés Wu Long (ou Oolong) n’ont subi qu’une fermentation partielle. Ils sont pauvres en théine et peuvent être consommés en fin de journée ou le soir. Température d’infusion : 95°C.

Pas de préparation du thé sans théière ! L’idéal serait d’avoir une théière par thé, mais tout le monde n’a pas les moyens (ni la place) d’entretenir une telle collection. On peut se contenter d’une théière par couleur de thé et en garder une pour les thés parfumés. Il existe, grosso modo, deux types de théières. Les théières à mémoire et… les amnésiques.

  • Les théières à mémoires sont en terre cuite (la meilleure est la Yixing). Il faut absolument l’utiliser pour un seul type de thé (la mienne sert au Wulong). Ces théières se bonifient avec le temps car elles se culottent, c’est-à-dire que leur fond se couvre de tanin, de sorte que les arômes se développent beaucoup plus au fil des utilisations. Attention : il est essentiel d’appliquer à la lettre les règles d’entretien qui valent pour les théières en général: lavage à l’eau claire et c’est tout. Pas de liquide vaisselle ou d’autre produit détergent. Vous en retrouveriez le goût dans vos infusions et ne parviendrez pas à vous en débarrasser.

  • Les théières « amnésiques » (le terme est de moi) sont toutes les autres : fonte, métal, porcelaine, terre cuite vernissée, verre… Lavez-les également à l’eau claire et conservez le dépôt de tanin, même si vous trouvez cela laid. Votre thé n’en sera que meilleur.

Pour ceux qui craignent l’effet excitant de la théine, deux solutions existent: on peut laisser infuser le thé plus longtemps, car le tanin neutralise la théine (mais le goût du thé en sera renforcé) ou bien ébouillanter très rapidement le thé et jeter cette première eau avant de le faire effectivement infuser. La théine se déploie en effet au tout début de l’infusion.

Et surtout, par pitié, ne sucrez pas votre thé !!! Vous en gâcherez tout l’arôme. Croyez-moi, vous vous habituerez vite. Un thé de qualité n’est pas un Lipton Yellow, il ne nécessite pas que l’on cache son goût pour parvenir à le boire…

Voici mes thés préférés, que je décline selon le temps, l’heure ou les envies (non, je n’ai aucune action chez ces marques. Juste la carte de fidélité du Palais des thés. Malheureusement, Kusmi n’en propose pas…)

Je suis plutôt une amatrice de thés noirs, natures ou parfumés, mais je suis très exigeante pour ces dernier: le parfum ne doit surtout pas masquer l’arôme du thé.

qimen hao ya

Parmi les thés noirs, je suis une grande fan de Qimen (ou Keemun): c’est un thé noir très fin qui a un arôme chocolaté naturel dont je ne me lasse pas.

yixing de madame Aï Di

Ces dernières semaines, la maison mère du Palais des thés (rue Vieille du Temple, à Paris) était fermée pour travaux et la boutique près de chez moi n’avait plus de Qimen Hao Ya. Je me suis donc laissée tenter par un nouveau thé, le Yixing de madame Aï Di, d’une autre boutique, le Temple du thé (Paris 20e), qui s’était déplacée par bonheur sur mon marché. Il s’agit d’un Yixing qui a un arôme assez proche du Qimen mais avec un fond plus terreux. Un délice!

butterfly of Taïwan

Pour les fins d’après-midi ou pour le soir, je m’offre parfois un petit Wu Long du Palais des thés, le Butterfly of Taïwan, qui possède sa propre théière et qui s’enrichit à chaque nouvelle infusion (un de ces jours, je vous présenterai ma « collection » de théières). C’est un thé très parfumé qui, de mon point de vue, développe bien les caractéristiques du Wu Long. Il est assez surprenant à la première gorgée pour ceux qui n’ont jamais goûté de thé semi-fermenté, mais je n’ai jamais entendu que des soupirs de satisfaction…

Vient maintenant le tour des thés parfumés. Là, je deviens particulièrement exigeante. De nombreux fabricants étouffent complètement le goût du thé avec des arômes qui me semblent artificiels. Un petit conseil si vous devez choisir un thé parfumé : évitez à tout prix les thés dont le parfum est beaucoup trop prononcé et fruité (ou fleuri) à sec. Il sera beaucoup trop fort une fois le thé infusé.

Le pire thé parfumé que je connaisse est le thé aux fruits rouges. Impossible de m’en faire avaler, jusqu’à ce que je rencontre par hasard…

saint-petersbourg

… le Saint-Petersbourg de Kousmichoff (Kusmi pour les intimes). J’ai découvert ce thé dans un salon de thé à Bourges, le Rendez-vous de George Sand. J’avais choisi ce thé au nez, sans en regarder la composition (sinon, je ne l’aurai pas pris) et j’ai été ravie. Ce n’est qu’après que je me suis aperçue qu’il s’agissait d’un thé aux fruits rouges. J’en fais des consommations folles.

earl grey fleurs bleues

L’Earl Grey aux fleurs bleues de Mariage Frères a son charme également. L’Earl Grey est un mélange assez classique qui tire son nom du Lord Charles Grey, comte de Falodon. Le thé est aromatisé avec de la bergamote. Mariage frère y joint des fleurs de bleuets qui donnent une saveur très délicate à ce thé que j’affectionne particulièrement à l’heure… du thé !

kashmir

Pour les grands froids (grand succès cet été), j’apprécie la chaleur du Thé du Kashmir Tchaï de Kousmichoff, qui mêle des clous de girofle, de la cannelle, et bien d’autres épices sur une base de thé noir.

prince vladimir

Plus fruité, mais tout aussi idéal pour les grands froids est le thé Prince Vladimir de Kousmichoff, qui allie épices et agrumes avec délicatesse sur une base de thé noir.

Un de mes classiques de la BnF est le Thé des concubines du Palais des thés. C’est également un classique de la maison de thé. Il s’agit un mélange de thé noir et de thé vert auquel sont jointes des notes florales de rose sur un fond légèrement caramélisé.

Bon, ce poste est déjà long. Je poursuivrai plus tard, avec entre autres les thés glacés et bien d’autres richesses de mon placard. A bientôt !

Publicités

5 commentaires »

  1. Je suis au boulot et n’ai que peu de temps, mais j’ai déjà parcouru d’un oeil distrait ce billet, et laisse moi te dire qu’il est très très intéressant!!!
    J’adore le thé aussi!! Penses-tu que ce soit lié à notre « soif d’études »…? car il faut bien l’avouer, outre la « oh j’ai envie de faire une pause, tiens un thé, pourquoi pas! », le thé est aussi un prétexte pour les pauses… J’en achète parfois plein de nouvelles varié »thés » (permet moi ce jeu de mot déplorable), juste pour le plaisir de me dire « allez, en rentrant de la BU, hop je goute celui-là, et demain l’autre…!!!
    Bon en tous les cas c’est toujours autant un plaisir de lire ta splendide écriture!

    Connais-tu le salon de thé « L’oisive-Thé » sur la butte aux cailles?!
    Si tu ne le connais pas, par hasard sur le pont des arts, j’aimerais beaucoup t’y emmener! on pourrait se rencotrer là bas, pour la première fois, si tu veux, au lieu de se trouver à la BNF, (je suis pas mal bavarde, et les gens seraient, je pense, complètement contrariés.. 😀 )!

    Bises et bonne journée!

  2. pernette said

    Oui oui oui!!! je connais l’Oisivethé: une copine à moi y travaillais il y a quelques années (il paraît que depuis elle a ouvert son propre salon thé, il faut que je me renseigne, mais nous n’avons pas fouillé ensemble depuis des années). Et j’y retournerai volontiers, si le vent n’est pas trop maraud car je porte généralement des chapeaux. C’est en effet une bonne occasion de s’y rencontrer (sinon, je ne ferai pas mon quota de pages à la BnF…). En plus, ce n’est pas trop loin de mon antre.
    Merci en tout cas pour tes commentaires réguliers. Cela me touche beaucoup.
    A bientôt,
    Pernette.

  3. Tu ne serais pas convertie au théisme, par hasard? 🙂

  4. pernette said

    Je me qualifierais plutôt d' »enthétée », mais je suis ouverte à la discussion…

  5. Touriya said

    MMMM! quel régal! tes descriptions me donnent envie de courir chez ma marchande de thés. Moi qui viens d’un pays où le thé est intimement lié à la menthe, je suis une inconditionnelle du thé vert, et pas seulement pour les vertus qu’on lui prête! En revanche, tes descriptions et celles des autres « in-thé-rnautes » me donnenet envie d’en essayer d’autres.
    17H25, c’est justement, l’heure…
    T

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :