J’ai fait du pain !!!

… moi qui étais si sûre que je n’y parviendrais jamais sans MAP ! Je me suis lancée hier soir (mais cela faisait longtemps que j’y pensais) en suivant la recette sans pétrissage (je suis fainéante et surtout, je n’ai pas le temps) que propose Anne de Papilles et pupilles, elle-même reprise d’une recette de Fisslisa. La première version n’a pu être goûtée à la sortie du four, il était trop tard. Je sais maintenant qu’il faut que je prévoie le temps de repos… Pour cette première fois, j’ai suivi les instructions à la lettre, mais comme j’avais peur que la levure n’ait pas assez chaud, je l’ai mise dans le four à feu très très doux : la pâte, me semble-t-il, a légèrement cuit avant la cuisson officielle. Cela ne nous a pas empêché de l’entamer ET de le finir au petit-déjeuner. Il était tout craquant en sortant du four et surtout, il sentait bon…

Pour ceux qui n’ont pas envie de cliquer sur le lien (honte à vous !), voici la recette que, pour une fois (et pour l’instant) je n’ai pas modifiée:

Pain sans pétrissage :

Pour deux pains (Anne donne trois) :

  • 400g de farine T65 (T55 chez Anne)
  • 100g de farine de seigle complète
  • 66 mL de lait tiède
  • 300 mL d’eau tiède
  • 1 cuiller 1/2 de sel si vous y tenez (moi, je n’en mets pas)
  • 1 cuiller à soupe de miel
  • 16g de levure fraîche de boulanger

Mélangez le miel, l’eau et le lait tiédis ainsi que la levure de boulanger. Laissez reposer une dizaine de minutes. Ajoutez les farines mélangées (et le sel si vous voulez…) Travaillez grossièrement la pâte, sans pétrir. Saupoudrez la pâte d’une cuiller à soupe de farine et laissez reposer à couvert une heure et demie.

Préchauffez le four à 240°C dans lequel vous aurez déposé un récipient rempli d’eau.

Farinez votre plan de travail et retournez votre saladier. La pâte est très collante ? C’est normal ! Découpez la pâte en deux ou trois et façonnez très très rapidement les pains, sans les travailler. Transférez-les avec délicatesse sur une plaque recouverte de papier sulfurisé et laissez reposer une seconde fois. A votre retour, la pâte pourra s’être étalée : ramenez les bords doucement vers le centre et enfournez. Laissez cuire pendant 20 minutes.

En voici une première vue à la sortie du four :

croûte du pain

… ainsi que la mie :

mie du premier pain

Après le premier essai, avec un seul repos, j’ai récidivé, afin de perfectionner les choses. J’ai aujourd’hui lancé le pain juste avant le déjeuner, afin de le laisser reposer une première fois une heure et demie. Puis j’ai façonné mes pains et je les ai à nouveau laissés reposer, couverts d’un torchon et derrière une fenêtre au soleil et je suis sortie. A mon retour… Catastropha ! Il savaient bien monté… mais surtout ils s’étaient bien étalés. J’ai dû ramener la pâte vers le centre, en essayant de ne pas trop les travailler pour ne pas faire retomber la pâte. J’ai ajouté sur le dessus des graines de cumin pour l’un, des graines de pavot pour l’autre et là, nous avons obtenu de biens bon pains pour le dîner… Chouette ! Je peux désormais me passer de la boulangerie, mais il faut que je vois si je peux utiliser une farine plus complète ou carrément différente. Je me vois bien faire du pain à l’épeautre, du pain de seigle et seulement au seigle, du pain complet… Bref, de nouveaux horizons s’ouvrent à moi, qui étais pourtant terrorisée à l’idée d’employer de la levure boulangère depuis qu’à 12 ans, j’avais lamentablement échoué dans la confection d’une malheureuse brioche…

deuxième pain graines de pavot

Vous qui rêvez depuis des années de faire du pain… lancez-vous !

 

Publicités

4 commentaires »

  1. François said

    C’est bien, à chaque fois tu cites tes sources, je suis sûr que tu devrais faire un système de notes de bas de page, avec « op. cit. » et tout. Bon d’accord, ça s’applique mal à une publication web ce genre de nomenclature…
    Mais dis-moi, tu as toujours le même four? C’est possible de faire du pain dans un four tout petit?

  2. pernette said

    Pour les références, je crois que c’est de la déformation professionnelle: entre la rédaction de thèse et le combat quotidien, pendant l’année, contre le plagiat inconscient de certains (et trop nombreux) étudiants… J’aime bien l’idée de l' »op. cit. ». Il faudrait chercher une version blog du type « post. cit. »: qu’en penses-tu?
    En ce qui concerne le four, l’histoire est tumultueuse: j’ai changé de four électrique en février (ma mère m’a prise en pitié) mais depuis le déménagement, nous avons la cuisinière à gaz qui se trouvait déjà dans l’appartement. Tout irait pour le mieux… si le four possédait un thermostat ou une quelconque indication de température, ce qui n’est pas le cas! Pour le pain, je l’ai mis au maximum, pour le reste, j’apprends à l’apprivoiser. Mais même avec un petit four électrique, on peut faire du pain: ma mère en a fait il y de nombreuses années, un peu tassé certes (mais elle ne le laissait reposer qu’une seule foie et mettait plein d’olives dedans) dans ces conditions. Je pense que cela vaut le coup d’essayer, mais ce sera certainement un peu plus long. Là, 20 minutes suffisent.

  3. Ils sont superbes. J’apprécie la citation de source 😉 – La Néthiquette est respectée. 😉
    Je suis surtout ravie de t’avoir réconcilée avec la fabrication des pains !
    A bientôt

  4. […] Je commence tout doucement à jongler avec les farines et j’ajoute de petites choses à la pâte, délicatement afin de ne pas la travailler, ce qui l’empêcherait de monter (par […]

RSS feed for comments on this post · TrackBack URI

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :